Template: single.php

Fribourg-en-Brisgau

Ville verte en Forêt noire

Von Astrid Jurquet

Le panorama de la ville, © Shutterstock

09. Mai 2022

La ville la plus ensoleillée d’Allemagne est connue et reconnue pour sa qualité de vie. Le guide touristique Lonely Planet l’a classée en troisième position dans son Top 10 des villes à découvrir en 2022, derrière Auckland (Nouvelle-Zélande) et Taipei (Taïwan).

Entre frontière et forêt

Sur le plan géographique déjà, la ville de 230 000 habitants compte de nombreux atouts. À seulement une heure de route de Strasbourg, Colmar ou encore Bâle en Suisse, elle offre un bon point de chute pour rayonner dans les pays voisins.

Mais le principal attrait reste en Allemagne : Fribourg-en-Brisgau se situe en lisière de la Forêt noire, face aux Vosges françaises. Été comme hiver, nombre de Fribourgeois désertent la ville le dimanche pour profiter de la nature environnante. Ski, randonnée, activités nautiques… Les possibilités sont multiples et rapidement accessibles en train.

Pour reprendre des forces après une excursion en Forêt noire, rien de tel que de déguster le gâteau éponyme dans l’un des nombreux cafés une fois de retour en ville. Les amateurs de crème glacée peuvent opter pour une douceur dans l’un des innombrables glaciers installés dans le centre piétonisé. Même quand le thermomètre se rapproche de 0° C, il n’est pas rare de voir des Fribourgeois flâner le long des commerces indépendants, un cornet à la main.

Vue depuis la cathédrale Notre-Dame, © Shutterstock

Un héritage médiéval

Rues pavées, maisons colorées, enseignes de boutiques en fer forgé… Plein de détails attendent d’être découverts par les regards des curieux. Attention tout de même à regarder le sol de temps en temps, pour ne pas risquer de tomber dans les Bächle qui courent le long des rues. La légende veut que ceux qui y trébuchent épousent un Fribourgeois ou une Fribourgeoise… Ces petits canaux assuraient à l’origine une réserve d’eau en cas d’incendie. Aujourd’hui, petits et grands apprécient ces rigoles pour se rafraîchir en été.

Les Bächle contribuent surtout à perpétuer le caractère médiéval de la ville, reconstruite à l’identique après la seconde guerre mondiale. Deux portes marquant l’entrée de la ville, la Schwabentor et la Martinstor, sont encore conservées. Mais le plus grand joyau architectural reste sûrement le Freiburger Münster, cathédrale gothique qui trône sur la place du même nom. Tous les jours du lundi au samedi, la place s’anime au rythme du Münstermarkt, marché qui accueille des producteurs locaux. Au milieu des maraîchers ou des fleuristes, les visiteurs peuvent se restaurer avec la typique Lange Rote, une saucisse grillée de 35 cm de long servie dans un Brötchen, un petit pain allemand.

Dans la vieille ville, les petits canaux Bächle courent le long des rues, © Shutterstock

Fribourg, ville étudiante et familiale

Les végétariens et vegans, surreprésentés parmi les plus de 20.000 étudiants de l’Université Albert Ludwig, ne sont pas en reste. Ils peuvent compter sur un large choix d’options adaptées à leur régime alimentaire dans plusieurs restaurants et cafés de la ville ou à la Mensa, le restaurant universitaire.

Ces milliers d’étudiants contribuent à l’ambiance ouverte et décontractée de la ville. Aux abords de l’UB, la bibliothèque universitaire, ils se retrouvent souvent sur la place de l’ancienne synagogue autour d’un pack de bière. À quelques pas de là, le Tanzbrunnen, une piste de danse en plein air, participe également à l’ambiance festive de la ville. Jeunes et moins jeunes y esquissent des pas sur des rythmes de salsa, de tango ou encore de lindy-hop.

Non loin de là, des musiciens de rue parsèment les artères commerciales le week-end. Ils font le plaisir des passants, parmi lesquels beaucoup de familles avec des enfants en bas-âge. Ces dernières peuvent profiter des aménagements que Wulf Daseking, le responsable urbaniste de la ville, a pensés pour faciliter le passage des poussettes ou fauteuils roulants, aux abords de la cathédrale comme le long de la Dreisam, un sous-affluent du Rhin.

L’architecture de la bibliothèque universitaire rappelle un diamant. © Shutterstock

Pionnière en matière de développement durable

Plus encore que son architecture ou son université, c’est l’engagement écologique de la ville qui en fait sa renommée. De 2002 à 2018, Dieter Salomon, premier maire écologiste d’Allemagne, dirige la ville située dans le Bade-Württemberg, seul Land allemand dirigé depuis 2011 par un ministre président issu du parti écologiste, Winfried Kretschmann. L’histoire écolo de la ville remonte cependant encore plus loin. Dès les années 1970, des activistes anti-nucléaire parviennent à faire abandonner le projet de construction d’une centrale à Wyhl am Kaiserstuhl, une commune du district de Fribourg-en-Brisgau.

Depuis, le mouvement écologiste s’est emparé de nombreuses autres questions, à commencer par celle des transports. La piétonisation du centre-ville, le développement d’un réseau de tramways performant, gratuit le soir et le dimanche pour les étudiants, et surtout la place accordée au vélo ont permis de réduire la circulation automobile.

Des efforts ont également été faits pour rendre la ville plus durable. Le nouvel hôtel de ville, achevé en 2017, fait office d’exemple en la matière. Bâtiment à énergie positive, il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme grâce à ses quelques 800 panneaux solaires. Au niveau individuel, la plupart des foyers fribourgeois dispose de quatre bacs différents d’ordures pour les trier – ordures ménagères, papier et carton, emballages plastique, déchets biodégradables – et le verre est trié dans les conteneurs en fonction de sa couleur : blanc, marron ou vert.

Panneaux solaires au quartier Vauban, © Shutterstock

Vauban, l’éco-quartier modèle

Mais c’est en matière de logement que Fribourg-en-Brisgau se démarque véritablement, au travers de ses écoquartiers Rieselfeld et Vauban, le plus connu. Ancienne caserne militaire occupée par des garnisons françaises jusqu’en 1991, le Quartier Vauban s’étend sur une quarantaine d’hectares. Il accueille environ 5500 habitants qui s’impliquent activement dans la prise des décisions les concernant. Toits végétalisés, utilisation de panneaux solaires, récupération de l’eau de pluie… Tout a été pensé pour réduire au maximum la consommation énergétique du quartier et en faire un espace de développement durable.

En matière de transports, piétons et cyclistes sont rois. Les automobilistes doivent stationner leur véhicule dans l’un des deux garages collectifs prévus pour faire du quartier un espace piétonnisé. Vauban répond d’ailleurs aux critères de la ville du quart d’heure : commerces, écoles ou encore services médicaux sont accessibles à pieds.

Si Fribourg-en-Brisgau est perçue et se donne à voir comme une ville verte, des marges de progrès existent cependant toujours. L’illumination nocturne des boutiques et cafés ou l’inexistence de bacs de compost dans le centre historique constituent des incompréhensions pour plusieurs riverains. La bonne nouvelle est que les Fribourgeois ne manquent pas d’idées pour faire de leur Green City une ville encore un peu plus verte.

Dialog Dialogue

1 Kommentar/Commentaire

Schreiben Sie einen Kommentar

Mit * markierte Felder müssen ausgefüllt werden. Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.