Template: single.php

60 ans du traité de l’Élysée

L’amitié réside dans le vin

Caroline Schneider

Les vignerons Fabian Zähringer (à gauche) et Pierre-Yves Meyer le 22 septembre 2022 à Blienschwiller, © Franck Delhomme

19 décembre 2022

Le 23 janvier 2023, le traité de l’Élysée fêtera ses 60 ans. À cette occasion, un vigneron alsacien et un vigneron badois ont produit ensemble un vin franco-allemand.

La commande a été passée par l’ambassade allemande de Paris. Lors des célébrations à l’occasion des 60 ans de l’amitié franco-allemande en janvier 2023, une cuvée transfrontalière, c’est-à-dire un vin provenant de vignes allemandes et françaises, sera servie. En France, on parle d’assemblage.

Amitié, connexion, attachement

Or, un vin du vignoble Zähringer de Heitersheim (en Brisgau-Haute-Forêt-Noire) a été « mélangé » à un vin du vigneron Pierre-Yves Meyer du village de Blienschwiller en Alsace. Les deux vignerons ont d’abord produit les vins chez eux ; puis, en décembre 2022, ils ont été mis en cuves à un rapport de 50:50.

« Idéalement, une cuvée assemblée de manière optimale a un meilleur goût que chacun de ses éléments », explique Paulin Köpfer, responsable d’exploitation du vignoble Zähringer, et souligne également la signification symbolique de cette cuvée planifiée : « L’assemblage d’un vin allemand et d’un vin français, ce mélange, représente véritablement une image archaïque de l’amitié, de la connexion et de l’attachement. »

L’assemblage franco-allemand de 2022 est un vin blanc obtenu à un rapport de 50:50 à partir du cépage traditionnel Riesling (vignoble Meyer) et du nouveau cépage innovant Souvignier Gris (vignoble Zähringer) et contient un degré d’alcool de 12,5 % ; son prix : 18 euros par bouteille de 0,75 litre ; date de lancement : 23 janvier 2023 ; précommandes ou réservations possibles.

Un projet revisité

En règle générale, les vignobles badois et alsaciens ont peu de contact. Les familles de vignerons concernées des deux côtés du Rhin n’en sont cependant pas à leur premier vin frontalier. En 2007 déjà, les chefs seniors actuels des deux vignobles avaient eu l’idée d’un tel projet en commun : des raisins de Riesling alsacien et de Pinot gris badois avaient été mélangés ; la bouteille de 0,75 litre coûtait 12,50 euros. « Lors de recherches sur Internet, l’ambassade allemande de Paris a trouvé un vin binational de 2007 et s’est dit que c’était un projet formidable – et a alors demandé s’il était possible de produire à nouveau un tel vin », explique Paulin Köpfer.

C’est désormais la deuxième génération qui prend en charge la production de ce vin binational pour les 60 ans de l’amitié franco-allemande. Pierre-Yves Meyer d’Alsace est fier d’avoir revisité le projet de son père : « Avant, les Allemands et les Français s’opposaient sur le champ de bataille, aujourd’hui nous produisons pour la deuxième fois un vin ensemble. Et qui sait, peut-être que nos enfants le feront aussi. Ce serait beau. »

Le vin franco-allemand devrait notamment être servi au président de la République française Emmanuel Macron et au président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier lors des cérémonies de janvier 2023. Mais bien d’autres pourront trinquer à l’amitié franco-allemande avec ce vin. La production est de 2500 bouteilles, dont un tiers qui sera envoyé à l’ambassade allemande de Paris. Les bouteilles restantes sont proposées en ligne par les deux vignobles, et peuvent être achetées sur place à Blienschwiller et Heitersheim.

Traduction : Amélie Gärtner

Rétrospective :
Les 50 ans du traité de l’Élysée : Moments d’amitié, Charles de Gaulle – Konrad Adenauer, 1963-2013

Ecrire un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) doivent être remplis. Votre adresse courriel ne sera pas publiée.