Template: single.php

Rencontres de jeunes

Travail chez le partenaire

Par Julian Gassner

La conférence sur le matériel linguistique et la civilisation du BILD et de la GÜZ a régulièrement lieu à Berchtesgaden ; en arrière-plan : le chaînon du Watzmann. © Shutterstock

20 décembre 2019

Avec son programme « Travail chez le partenaire » (Arbeit beim Partner, AbP), l’Office franco-allemand pour la Jeunesse OFAJ encourage de jeunes actifs dans des organisations franco-allemandes de jeunesse. En tant que « jeune AbP », j’ai passé un an au Bureau International de Liaison et de Documentation (BILD) à Paris – y compris des voyages d’affaires entre autres au lac de Constance et à Berchtesgaden.

J’ai entendu parler du programme « Arbeit beim Partner » grâce à l’appel à candidatures du BILD sur Facebook. Après un long entretien franco-allemand via Skype, j’ai obtenu une réponse positive quelque temps plus tard. Ce poste me semblait être une bonne possibilité d’obtenir des expériences professionnelles à l’étranger entre la licence et le master, et de me développer personnellement ainsi que mes connaissances en français. Ce fut mon premier véritable contact avec une organisation franco-allemande de jeunesse dans le domaine extrascolaire.

J’ai été très chaleureusement accueilli dans l’équipe franco-allemande du BILD et de la Gesellschaft für übernationale Zusammenarbeit (GÜZ). L’atmosphère familiale m’a permis de me sentir tout de suite à l’aise et le bienvenu au BILD.

In medias res

Avec mes collègues, j’ai directement commencé par les préparations pour le nouveau cycle annuel des rencontres de jeunes du BILD-GÜZ. J’ai été intégré et formé de manière approfondie aux différentes étapes de travail du service des jeunes, à la planification et l’organisation des rencontres de jeunes. Une de mes premières missions a été de corriger les rapports des rencontres de jeunes de l’été passé, ce qui m’a donné un aperçu détaillé de leur déroulement ainsi que du concept pédagogique et linguistique du BILD-GÜZ. En outre, on m’a confié la sélection des photos et la mise en page d’une nouvelle brochure, que j’ai pu élaborer en collaboration avec la graphiste.

Parallèlement à la rencontre de jeunes se déroulant en fin d’année, a eu lieu à Berchtesgaden la Sprachmaterial- und Landeskundetagung (conférence sur le matériel linguistique et la civilisation). Un groupe de travail composé d’animatrices et d’animateurs y a évalué et rédigé le matériel de travail linguistique utilisé lors des rencontres de jeunes et élaboré de nouvelles unités de cours pour l’année à venir. J’ai pu y apporter mes propres idées et propositions.

Une autre mission importante était de préparer et d’envoyer en janvier de la publicité pour les rencontres de jeunes à plusieurs diffuseurs. Par la suite, j’ai représenté le BILD sur un stand lors de divers événements et j’ai pu m’entretenir directement avec les personnes intéressées afin de les informer de notre offre.

Le contact quotidien avec les parents intéressés par une rencontre franco-allemande de jeunes pour leurs enfants était aussi une de mes missions régulières, que ce soit par téléphone ou par e-mail. Au départ, j’étais un peu stressé de communiquer en français au téléphone. La plupart des parents ont cependant fait preuve de beaucoup de compréhension. Après quelque temps, cela ne m’a toutefois plus posé problème. Parmi mes tâches, je devais également effectuer l’entretien et le suivi des différentes présences Internet du BILD, en français également bien sûr.

Préparations exhaustives

Au printemps, j’ai eu l’occasion de participer à Paris à un week-end de préparation de l’équipe d’animation pour les rencontres de jeunes estivales. Durant ce week-end, les différents membres de l’équipe ont appris à se connaître et ont préparé aussi bien le déroulement organisationnel que les points clés du contenu de leurs rencontres, ainsi que la répartition des tâches et des responsabilités individuelles. Cela m’a permis de reconnaître la quantité de travail impliquée dans la préparation du contenu et des thèmes d’une rencontre de jeunes, d’approfondir les contacts que j’avais liés précédemment avec les responsables de groupe que je connaissais déjà ainsi que de me faire des nouveaux contacts.

Durant l’été, je me suis occupé de la préparation des dossiers départ pour les différentes rencontres de jeunes, qui sont envoyés environ un mois avant le début de chaque rencontre aux participants. Une attention spéciale était nécessaire, car il fallait prendre en compte les souhaits individuels des parents (changement de montée sur le chemin vers le lieu de la rencontre, accompagnement des jeunes d’une gare parisienne à une autre) afin de garantir un déroulement sans accrocs. Lors d’une des rencontres de Pâques et plus tard également lors de l’été, j’ai accueilli les groupes à leur retour à Paris ainsi qu’accompagné certains jeunes entre différentes gares parisiennes. Cela m’a permis de voir directement de moi-même l’enthousiasme des jeunes et la satisfaction des parents à propos de la rencontre de jeunes. Ces moments très émotionnels ont clairement montré que l’effort organisationnel préalable avait porté ses fruits. Une jolie expérience.

Avec des participantes d’une rencontre franco-allemande de jeunes du BILD-GÜZ à Wasserburg au bord du Lac de Constance

Responsabilités multiples

En parallèle, j’étais responsable pendant l’été de l’organisation d’un cours de français intensif à la maison Heinrich Heine à Paris organisé par le BILD, qui est destiné aux futurs étudiants allemands en France et auquel j’ai moi-même participé l’an dernier. Ma mission était entre autres de lancer et de suivre une campagne publicitaire sur différents canaux : via les réseaux sociaux du BILD, de « manière classique » par envoi postal, ainsi que via des e-mails circulaires. Le groupe cible de l’envoi postal était principalement les responsables de programme de l’Université franco-allemande, des bureaux Erasmus et des Offices des universités internationaux, qui ont été invités à promouvoir le cours auprès de leurs étudiants. Les réseaux sociaux ont permis d’atteindre directement les personnes intéressées. J’étais en outre responsable de la coordination entre les acteurs impliqués (responsable pédagogique, maison Heinrich Heine, personnes intéressées et participants). J’étais le premier interlocuteur pour les personnes intéressées, pour les inscriptions entrantes et leur traitement. Cette étroite communication et planification s’est reflétée dans la réussite du cours auquel ont participé 89 personnes.

J’ai également participé à l’organisation de la formation d’animatrices et animateurs interprètes mi-septembre. Via les différents réseaux sociaux et à l’aide d’e-mails circulaires, j’ai informé les groupes cibles potentiels de notre offre de programmes et je me suis occupé du côté français des conseils donnés aux personnes intéressées ainsi que de la réception et du traitement des candidatures.

Une fois les dernières rencontres de jeunes terminées, il a fallu effectuer leur évaluation quantitative et qualitative ainsi que s’intéresser aux perspectives pour l’année à venir et à la planification du cycle pour 2020. Outre la correction des rapports des centres d’été de 2019, j’ai également été chargé de la (pré)sélection des photos pour la brochure BILD pour la formation des responsables de groupe 2020. Une fois les données pour l’offre de programmes 2020 déterminées et publiées, le service de jeunes avait pour mission de réceptionner les inscriptions des parents intéressés et de les traiter.

Bilan positif

Je peux dire que le travail comme jeune AbP au BILD m’a non seulement apporté des expériences professionnelles dans le domaine interculturel, mais que j’ai également fortement approfondi et développé mes compétences sociales et linguistiques. L’atmosphère familiale du BILD ainsi qu’une culture constructive des erreurs m’ont beaucoup aidé et ont énormément apporté à mon développement personnel. J’ai désormais un aperçu de l’énorme travail organisationnel nécessaire à chaque rencontre de jeunes et de l’enthousiasme avec lequel toutes les personnes du BILD et de la GÜZ œuvrent pour la relation franco-allemande.

Travail chez le partenaire

Le programme OFAJ « Arbeit beim Partner » existe bien sûr également pour les jeunes Français qui souhaitent passer un an en Allemagne. Il s’appelle « Travail chez le partenaire ».

Traduction : Amélie Gärtner